Nouvelle église

Sa construction

"1868 - Il est question de construire une nouvelle église. On achète des maisons pour construire sur leur emplacement.
On autorise une loterie pour recruter des fonds. Les billets étaient à 0.50 franc-or.
Les lots étaient:
1. Une belle pendule donnée par Sa Majesté l'Impératrice Eugénie (épouse de Napoléon III)
2. Une coupe donnée par la Marquise de Jonquière
3. Une cave à liqueur donnée par M. Magnien (ancien Préfet)
4. Une montre ancienne en or - style Louis XIII, à répétition, enrichie de pierres précieuses avec camée antique et chaîne en pendeloque, même style, donnée par Mme. la Marquise de Pennautier.
Les 6 premiers lots ont une valeur de 6000 f, il y avait encore 60 autres lots, valeur 2500 f.
La loterie donne 742 f.
1870 - La construction était commencée.
1872 - L'église est terminée.
1873 - Acquisition d'une horloge neuve pour la nouvelle église.
1883 - On la dote de 4 grandes cloches."

texte écrit à partir de SESA Fichier Boyer


à suivre...
Impératrice Eugénie

Reliquaire de la sainte epine

Villegailhenc possède un reliquaire d'argent contenant des épines de la Couronne du Christ.

"Selon la tradition locale, l’épine de Villegailhenc aurait été donnée par un prêtre de l’église d’Arzens (qui possédait deux épines).
Quoi qu’il en soit, il est constaté le 3 mai 1684, par un procès- verbal de visite de Mgr de Grignan, évêque de Carcassonne, qu’« il existe dans l’église de Villegailhenc, placée dans un reliquaire d’argent, une épine de la Couronne de Notre-Seigneur ; sans autre titre pour en faire foi, que la tradition de père en fils, depuis plus de 200 ans, et l’affluence du peuple qui vient des lieux circonvoisins, le dimanche après la fête de sainte Croix de may, auquel jour il y a grande dévotion ; que le seigneur évêque, après avoir visité cette relique l'approuva attendu son ancienneté."...

"En 1835, l’abbé Astre, curé de Villegailhenc, obtient une nouvelle parcelle de la couronne d’épines, provenant de Paris, laquelle est authentiquée par l’autorité ecclésiastique en 1836. A cette occasion, l’abbé Astre publie les Offices de la fête de la Sainte Épine qui se célèbrent dans l’église de Villegailhenc, le dimanche qui suit le 3 mai, jour de la fête du Rosaire (Carcassonne, 1835).
Actuellement, le reliquaire contient quatre fragments d’épines, de différentes grosseurs."...

  • 1er reliquaire Date : avant 1684 (avant 1484 ?).

Description : reliquaire d’argent.
Destinée : probablement fondu à la Révolution.


  • 2e reliquaire Date : 1809-1819.

Orfèvres : œuvre de Jean-Pierre II Aribaud. L’œuvre est signée « Berthomieu ».
Protection : classé le 01-12-1913.

Les épines de la Sainte Couronne du Christ en France de Pierre Dor (2013)


  • reliquaire
  • sainte épine

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies